L’API du mois

Mathieu DOMECQ

Rédacteur en chef de l’API du mois

Avec une alternance de chaleur et de froid, nos régions n’auront jamais connu un démarrage aussi imprévisible. La conséquence des gelées nous a réduit la miellée de printemps, alors que va donner celle de cet été ? Nous parlons d’une saison apicole très courte ! Mathieu, notre apiculteur vous explique tout ça dans votre nouvel API du Mois.

Pour bien préparer la récolte du mois prochain, je vous propose de s’arrêter sur un point important : choisir son extracteur ! Là aussi nos conseils et astuces pour vous aider.

Une saison très courte !

« Pas de miellée de printemps », c’est le maître mot de cette année apicole. Nous aurons connu, dès le mois d’avril, des nuits de gel et parfois de neige sur certaines régions, venant détruire les floraisons. Le climat est resté frais et pluvieux tout le mois de mai avant de rencontrer un passage de fortes chaleurs auquel nous ne nous attendions pas !

Le contraste est important avec l’an dernier. Alors qu’en 2020 la plupart des floraisons avaient 3 semaines d’avance, ce printemps a plusieurs semaines de retard.

En conséquence, le développement des colonies a stagné et les apiculteurs ont dû nourrir pour éviter la mortalité.

Il n’y a pas eu de colza ? En effet, peu de ces surfaces agricoles ont levé suite à la sècheresse. Cela concerne environ 50% du colza de la Marne par exemple, d’après ADA France. Désormais le tournesol pousse. Il est notre dernier espoir pour ne pas rater la saison et faire un peu de recette avec le miel, ce qui compensera les dépenses en sirop de cette année. 

L’extracteur… tout un art !

L’extraction est une étape clé dans l’apiculture. Même si nous n’avons pas eu la chance d’en profiter ce printemps, il va falloir s’équiper pour le mois d’août. La mi-août sera la bonne période pour finir vos récoltes de miel (selon les régions) et traiter – rapidement après – contre Varroa.

Il existe aujourd’hui, sur le marché, de nombreux modèles d’extracteur à tous les prix. Il est indispensable de bien s’équiper.

Peut-être aviez-vous repéré des modèles dans votre magasin d’apiculture habituel ? Et le prix vous a refroidi ! C’est un appareil en inox que vous serez amené à utiliser au moins deux fois dans l’année, et ce, pendant de très nombreuses années. Il est donc un investissement sur le long terme. De plus, à raison d’une récolte de 10Kg de miel /an, pour votre ruche, à un prix de vente de 15€ /Kg, l’activité vous rapporte déjà la moitié de l’achat de votre extracteur…sur une saison. Avec plusieurs ruches, l’ achat est vite rentabilisé !

A quoi sert exactement l’extracteur ?

C’est une machine qui vous servira à soutirer le miel contenu dans les cadres de hausses que vous récolterez. Par force centrifuge, le miel de ces cadres sera éjecté sur les parois avant de s’écouler par le robinet où il sera ensuite filtré. En seulement quelques minutes l’extraction de quelques cadres est faite. Plus vous avez des ruches et plus vous y passerez du temps naturellement ! C’est l’expérience qui parle…

Le choix de votre extracteur dépendra donc de votre cheptel. Voici ma recommandation :

 

– de 5 ruches De 5 à 30 ruches De 30 à 100 ruches + 100 ruches
Manuel Extracteur +4 cadres ou modèle combiné Extracteur +9 cadres
Motorisé Extracteur +18 cadres Extracteur +30 cadres

Pour une exploitation de moins de 30 ruches, un model manuel avec pieds (ou sans pieds si moins de 5 ruches) conviendra. Vous pourrez faire le choix du combiné si vous n’avez que quelques ruches : plus simple avec le filtre et le maturateur intégré.

Si vous comptez monter en colonies, prévoyez d’investir toujours un peu plus haut. Pour une apiculture pluriactive, un model électrique devient vraiment indispensable, de sorte à pouvoir faire au moins deux hausses en même temps.

 

Extracteur inox électrique pour 18 cadres avec un bac à désoperculer de gabarie fonctionnel.

Model Radiaire ou Tangentiel ?

Souvent les avis divergent entre ces deux modèles. Comprenons déjà ensemble la différence :

L’extracteur Radiaire, qui peut être manuel ou électrique, va maintenir les cadres en rayon de cercle dans la cuve comme une étoile. Ainsi, lorsque la force centrifuge est actionnée, le miel va s’écouler d’une face pour un sens, puis en inversant le sens de rotation il évacuera l’autre côté du cadre. Avec la radiaire il n’y a pas besoin de changer le sens des cadres dans l’extracteur. Il est plus rapide et permet de faire beaucoup de cadres dans une cuve moins volumineuse en diamètre que le tangentiel.

Sachez que le radiaire peut se transformer en tangentiel par un système de grille venant se rajouter en option.

L’extracteur tangentiel quant à lui, est dit mieux adapté pour des miels très épais, celui-ci sortant mieux des alvéoles. Son principe est différent, et c’est d’ailleurs ce système que vous retrouverez dans la majorité des petits extracteurs avec une cage. En effet, il faudra à contrario tourner manuellement les cadres en les sortant pour changer le sens de centrifuge. Une opération plus lente et contraignante.

A droite, extracteur Radiaire. A gauche, extracteur tangentiel (Mat Api).

Un raccordement électrique sur votre extracteur permettra qu’il tourne seul, sans effort, contrairement au manuel où vous devrez tourner vous-même, à l’aide d’une manivelle.

Pour quel prix ? Il faudra compter environ 250€ à 350€ pour un petit modèle manuel de type 4 cadres, environ 400€ pour un extracteur de 9 cadres et de 1 000 à 1 500€ pour un électrique de grande capacité. De nombreuses marques sont sur le marché avec une bonne qualité comme SAF, Lega ou encore Quarty.

Nous vous souhaitons une excellente récolte cet été ! Et n’hésitez pas à partager une photo sur les réseaux sociaux avec le hashtag : #apifonda #apiinvert !

On se retrouve dès le mois prochain sur votre blog  API avec votre fidèle partenaire, Les Ruchers De Mathieu !

LES RUCHERS DE MATHIEU

Miellerie & Magasin d’Apiculture

 

Photos ©lesruchersdemathieu

Working bee