L’API du mois

Mathieu DOMECQ

Rédacteur en chef de l’API du mois

 

Voilà nos abeilles au repos. Désormais chaque apiculteur veillera à bien hiverner ses colonies pour les retrouver en pleine forme au printemps prochain ! Tous mes conseils dans votre API DU MOIS.

Côté actualité, elle n’est pas à l’avantage de nos abeilles. Les néonicotinoïdes sont de nouveau sur le banc des assises. Une décision du gouvernement qui ne risque pas d’aider l’espèce et autres pollinisateurs.

 

Hiverner les colonies

La colonie devra passer les prochains mois au chaud, avec une température constante d’environ 35°C au cœur de la grappe. La population devra, elle, être suffisamment conséquente avec une durée de vie atteignant parfois les 120 jours pour nos protégées.

Sur des colonies trop faible, on veillera à la resserrer côté sud de la ruche, avec une partition isolante à l’opposée en ayant retiré tous les cadres vides (tout au moins non rempli dans son ensemble). Vous pouvez aussi opter pour un rassemblement de deux petites colonies dans la même ruche.

En hiver, il est judicieux de rétrécir les entrées pour plusieurs causes : éviter un courant d’air trop important ; ne pas surprendre des souris par exemple venues se loger ; et éviter que les abeilles ne sortent dehors pour rien en se fatigant et donc en consommant du miel.

Porte d’entrée en métal pour ruche.
Porte d’entrée en métal pour ruche.

Isoler les ruches

Nous avons tendance à faire hiverner nos colonies avec un couvre-cadre en contreplaqué, ou au mieux un simple nourrisseur. Ce n’est pas le mieux pour les maintenir au chaud. Vous pouvez y placer un isolant aluminium qui recouvrera le dessus des cadres, avec un nourrisseur en plus. Pensez à laisser un accès dans l’isolant pour le passage des abeilles !

Cette matière permettra de conserver la chaleur émise par les abeilles. D’ailleurs, au printemps nous voyons une nette évolution des essaims avec isolants que sans.

Nourrir les ruches

Vous êtes nombreux à ne pas savoir quand utiliser le candi, quand utiliser le sirop ? Le sirop est consommé par les abeilles lorsque la température extérieure est supérieure à 12°C. Sans ça, elles n’auront pas la force et la capacité d’assimiler l’aliment.

Sur le mois de novembre, le sirop peut être donné soit à petite dose pour stimuler la ponte de la reine, de l’ordre de ½ Kg par jour sur une semaine ; soit pour compléter le poids des réserves en déposant un sachet complet de sirop ApiInvert®.

Dès le mois de décembre, vous pourrez commencer à aider les abeilles par du candi. Ce dernier sera mangé directement par l’abeille et non stocké. Selon les colonies nous plaçons une à deux poche de ApiFonda® durant l’hiver, généralement fin décembre et début février dans le sud.

Positionnement d’un nourrisseur plastique à double compartiment, pour le sirop et pour le candi.
Positionnement d’un nourrisseur plastique à double compartiment, pour le sirop et pour le candi.

Le saviez-vous ?

Lorsqu’ils s’avèrent nécessaires, les produits de nourrissement de substitution ont un impact sur la santé et la productivité des abeilles. Choisir le bon produit revêt dès lors une importance capitale. L’alimentation naturelle des abeilles, le miel, se compose à 80 % de sucres. Toute nourriture alternative devrait par conséquent contenir essentiellement cet important composant. Les produits de nourrissement à base de sucre de Südzucker satisfont totalement à ces exigences en vous offrant une alimentation optimale pour vos abeilles. D’autres produits de nourrissement tels que les produits à base d’amidon présentent une composition différente et ne correspondent dès lors pas vraiment à l’alimentation naturelle des abeilles. 

Continuez à nous faire partager vos expériences sur les réseaux !

Protégez bien vos ruches pour l’hiver,

On se retrouve très vite pour la nouvelle API du mois !

 

LES RUCHERS DE MATHIEU

Photos ©lesruchersdemathieu

Working bee