L’API du mois

Mathieu DOMECQ

Rédacteur en chef de l’API du mois

Permettez-moi de vous souhaiter une merveilleuse année, à vous et vos abeilles, et que celle-ci soit fleurissante ! C’est avec le même plaisir que l’on se retrouve sur le blog API pour de nouveaux conseils par votre apiculteur Mathieu.

Comment vont les abeilles ?

En cette période hivernale nos protégées ont consommé une bonne partie de leurs réserves. Il est crucial de surveiller le poids de vos ruches et de venir y déposer un pain de candi Apifonda® 2,5Kg.
Sans cet ajout, vous diminuez de nos jours l’espérance de vie de la colonie. On ne peut plus se passer de cet apport, bien plus facile et digeste pour les abeilles que le miel en cette période d’hiver.

 

Des apiculteurs en plus ?

 

Et oui ! Vous êtes toujours plus nombreux à recevoir une ruche sous le sapin. Souvenir d’enfance ou tout simplement par la découverte de ce monde si petit mais si passionnant, la ruche est devenu le cadeau de Noël des amoureux de la nature.
Cet article sera rempli de conseils pour le bon équipement apicole de chacun.

En ce qui concerne la ruche, elle devra se composer des éléments suivants :

Un plancher, en bois ou en plastique, de préférence aéré pour l’entrée et la sortie de nos individus. Il est la base de notre ruche. C’est aussi la partie qui s’abimera le plus. Il est en contact premier avec l’humidité remontante du sol et accumulera en outre les déchets des abeilles avant nettoyage. Il vous sera conseillé de nettoyer le plancher une fois par an par grattage  à l’aide de votre lève-cadre: pensez aux fixes-éléments (triangle en fer pour accrocher le plancher et corps), bien plus pratique que des vis pour le décrocher !

S’ajoute notre corps, la partie centrale de la ruche qui accueillera les abeilles mais surtout le couvain (œufs, larves et nymphes). Cette configuration de ruche est selon le même principe pour les modèles de ruche Dadant, Warré, Langstroth ou autre divisible. C’est une simple caisse en bois (voire en plastique) avec un système de crémaillères ou de bandes lisses, de chaque côté intérieur de la ruche afin d’y placer les cadres ou barrettes.

Cadre de corps de la ruche Dadant.

Pour les miellées, la hausse se superposera à notre corps. Elle est le grenier des abeilles comme disent les anciens. Il peut bien entendu y en avoir plusieurs au fil de la saison, signe qu’il y a sans doute beaucoup de miel !
Vous penserez bien sûr à protéger le bois de votre ruche pour une meilleure longévité. On y appliquera de l’huile de lin chaude (pour une meilleure pénétration) ou une peinture alimentaire colorée pour un peu plus de modernité (disponible dans les magasins apicoles). Ainsi, une ruche bien entretenue sera gardée dix voir vingt ans !

Les cadres placés dans la ruche serviront eux d’appuis pour les abeilles à la fabrication des rayons de cire. On en trouve en bois et en plastique, à vous de choisir. Les cadres sont filés pour ajouter la feuille de cire. Ce fil peut-être vertical ou horizontal et, personnellement, je vous préconise le filage vertical. La feuille de cire placée dans la rainure tiendra mieux avec les chaleurs avant d’être étirée par les maçonnes.

Vous fermerez la ruche avec un toit en tôle ou en forme de chalet pour protéger de la pluie. Là encore plusieurs tailles et épaisseurs existent. Le toit en 105mm de haut est le plus pratique. Il recouvrira le nourrisseur et protégera des courants d’air. Le toit chalet, lui, donne une allure esthétique et est très employé dans les régions montagneuses pour la neige.

Un couvre-cadre ou un nourrisseur sera installé juste sous le toit pour isoler la colonie. Le nourrisseur plastique à double compartiment m’a conquis. Il permet d’y mettre à la fois du sirop et du candi, d’éviter les fuites dans le bois et d’offrir un accès aux abeilles juste au-dessus de la grappe.

Vareuse aérée à voile rond.

Parlons maintenant de votre équipement :

On pense en premier au vêtement de cosmonaute comme beaucoup l’appellent. Il s’agit de la combinaison ou de la vareuse. La première est intégrale de la tête au pied alors que la seconde est une veste avec le chapeau. Il existe aujourd’hui le modèle aéré, bien agréable en été croyez-en mon expérience.
Pensez aussi à une paire de gants, avec manchette haute dans le milieu, disponible en plastique latex ou en cuir.

Le premier outil emblématique et indispensable est l’enfumoir. Il est composé d’une chambre à combustion et permet de de prévenir et calmer les abeilles par une fumée blanche et épaisse. Le soufflet permettra de l’actionner. Ne négligez pas la qualité de cet outil. Pensez aux allume-feux pour enfumoir et aux granulés comme l’apidou.

Enfin, le lève-cadre sera votre allié. Les abeilles sont relativement adeptes de la propolis, une résine désinfectante pour la ruche. Vous pourrez donc décoller les cadres et les manipuler avec délicatesse sans provoquer de coups un peu brusques.

La panoplie de l’apiculteur est encore bien plus large ! Je ne vous ai présenté que l’essentiel mais des outils comme la pince, le support de cadre ou même la brosse pourront vous aider.

 

Avec la marque API, nous sommes toujours aussi heureux de vous accompagner depuis bientôt un an !

 

Bon démarrage pour nos nouveaux apiculteurs  et à très vite,

LES RUCHERS DE MATHIEU

Miellerie & Magasin d’Apiculture

 

Photos ©lesruchersdemathieu

Working bee