L’API du mois

Mathieu DOMECQ

Rédacteur en chef de l’API du mois

 

Les premières éclaircies illuminent nos journées, alors profitons-en pour lire ce nouvel article de votre API DU MOIS par Mathieu notre apiculteur.

Nous avions commencé l’année par vous présenter le matériel dont vous aurez besoin dans vos débuts. Et bien poursuivons sur quelques notions essentielles à découvrir sur nos formidables abeilles et le monde de l’apiculture !

L’histoire des abeilles et de l’Homme ?

Saviez-vous que la plus ancienne abeille retrouvée a plus de 100 millions d’années ? Et oui, elle date de l’époque des dinosaures. Nous avons même trouvé des grains de pollen sur ses poils, signe que la pollinisation était déjà là.

Les siècles ont passés et l’Homme a petit à petit installé une confiance avec elle. Nous étions au temps de l’Égypte antique.

C’est ensuite en Crète, il y a 25 siècles que les barrettes sont apparues avec la pratique de ruches en poterie, faites de pailles et d’argile. Puis l’arrivée du Moyen-âge nous a permis de construire des ruches en troncs d’arbres creux et en paniers d’osiers.

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les premiers apiculteurs professionnels s’installent en Europe et démocratisent la ruche à cadres.

Vous en savez désormais un peu plus sur l’histoire des abeilles et de l’Homme, mais vous n’avez pas encore tout découvert !

 

Qui vit dans la ruche ?

Bien sûr les abeilles, mais il y a aussi la reine et les mâles, appelés les faux–bourdons.

Connaître la biologie de cet insecte est primordial pour comprendre le fonctionnement de notre ruche et des saisons.

L’ouvrière : elle vit environ une quarantaine de jours à la belle saison contre près de 120 jours en hiver, demandant moins d’énergie.

La reine donne vie à une ouvrière en 21 jours, en passant par le stade de l’œuf (3 jours), puis de la larve (6 jours) et enfin de la nymphe (12 jours) avant de sortir de son alvéole.

On compte parfois près de 50 000 à 80 000 abeilles dans la ruche, surtout à la période de l’essaimage (division naturelle de la colonie).

La reine : pour le coup elle aura la chance de vivre bien plus longtemps qu’une abeille, entre 3 et 5 ans. Sa naissance ne mettra que 16 jours en suivant les mêmes stades de l’œuf à la larve. La différence se joue sur son alimentation car elle sera nourrie toute sa vie exclusivement de gelée royale alors que les ouvrières seront nourries de miel et de pollen mélangé à de l’eau. La reine est un peu plus grande que l’abeille, avec des pattes beaucoup plus épaisses.

Le mâle : il n’est présent qu’à la belle saison pour la fécondation des reines. Sa population ne dépasse rarement les 3 000 individus dans la ruche. Il est assez gros avec des yeux sur la quasi-totalité de sa tête. Il mettra 24 jours pour naître et son espérance de vie est de l’ordre de 40 jours. Sa présence n’étant pas indispensable, il se fait expulser de la ruche par les ouvrières à l’approche de l’hiver vers le mois de septembre/octobre.

Abeilles en construction d’un cadre de cire

L’organisation de la ruche ?

Tout est bien pensé ! En effet chaque abeille a sa mission. Elle débutera sa vie par le ménage de la ruche avant de passer nourrice des larves au 6e jour. Puis, elle sera cirière (fabrication des cadres en cire/alvéoles) et passera magasinière au 15e jour pour stocker correctement les arrivées de nectar. Pour terminer, elle occupera la position sécuritaire de gardienne à l’entrée de la ruche avant de prendre son envol en tant que butineuse au 21e jour et, ce, jusqu’à la fin de sa vie où elle mourra par épuisement dans la nature.

Heureusement, la reine est là pour reconstruire la population et pond jusqu’à 2 000 œufs par jour au printemps ! Une vie éprouvante.

S’auriez-vous donner la température de la ruche ? Non… et bien il fait constamment 35°C au cœur de la grappe.

 

Que fait notre butineuse ?

 Elle a pour rôle de ramener à la ruche à la fois du nectar, qui sera transformé en miel après déshumidification, mais également du pollen des fleurs. Ces sources serviront à alimenter la colonie.

Vous l’aurez compris, son impact ne s’arrête pas seulement à la ruche mais jusqu’à notre agriculture. Elle est la championne de la pollinisation !

Mais qu’est-ce que la pollinisation ? En allant de fleurs en fleurs l’abeille, notamment, participera à féconder ces fleurs en transvasant du pollen entre les fleurs femelles et les fleurs mâles. Beaucoup de fleurs non ?

Et oui, environ 250 fleurs par abeille en une heure, soit un besoin de 21 millions de fleurs par jour et par ruche, sont nécessaires pour satisfaire correctement les besoins de la colonie. Il faut aussi une rentrée d’au moins quatre pollens de sources différentes par jour pour une bonne santé de notre colonie.

Tout cela sert donc au cycle de reproduction de la nature, qui nous offrira des fruits, des légumes mais encore bien plus.

En d’autres termes, on estime le rôle pollinisateur à 3 milliards d’euros en France et 153 milliards d’euros dans le monde chaque année. C’est plus de 75% des espèces végétales cultivées qui en dépendent.

Abeille butineuse recouverte de pollen de tournesol

Pour terminer sur cette découverte, un dernier chiffre. Combien compte-on de races/espèces d’abeilles dans le monde ?

20 000 espèces et oui ! Parmi les 23 sous-espèces de l’abeille mellifera, seulement 4 à 5 sont élevées en Europe dont notamment les suivantes : l’abeille noire, l’abeille Buckfast (ou Frère Adam), l’abeille Carniolienne et l’abeille Caucasienne.

Il y a bien des choses à apprendre de nos abeilles ! 

Profitez de ce dernier mois avant de relancer la prochaine saison en mars ! Bon démarrage pour nos nouveaux apiculteurs et à très vite,

LES RUCHERS DE MATHIEU

Miellerie & Magasin d’Apiculture

 

Photos ©lesruchersdemathieu

Working bee